Le 7 octobre, la JOC et l’ACO se mobilisent pour le travail décent

Le 7 octobre, journée mondiale du travail décent : l’ACO et la JOC se mobilisent

L’ACO, Action Catholique Ouvrière, et la JOC, Jeunesse Ouvrière Chrétienne, s’unissent à l’occasion du 7 octobre pour revendiquer l’accès de tous et toutes à un travail décent.

Depuis 2008, à l’initiative du mouvement syndical, le 7 octobre est désigné comme Journée mondiale pour le travail décent. Les syndicats et toutes les organisations du monde entier oeuvrant sur cet enjeu ont saisi cette occasion pour créer une mobilisation massive plaçant l’homme au centre de la réflexion sur le travail. Ainsi, il s’agit d’inventer un nouveau système économique mondial qui prônerait le respect de la dignité humaine, en commençant par le droit de chacun d’accéder à un travail décent. Naturellement, comme l’an dernier, la JOC et l’ACO font partie de ces organisations qui se regroupent chaque année afin de défendre la dignité au travail.

En effet, les inégalités se creusent, les droits pour lesquels nos aînés, hommes et femmes, se sont battus, reculent. Face à cette situation, la JOC et l’ACO ne baissent pas les bras, refusent le  pessimisme, le repli sur soi, l’extrémisme et l’exclusion. Comme l’a rappelé le Pape François à Gênes le 27 mai dernier : « Quand  on ne travaille pas, ou que l’on travaille mal, que l’on travaille peu ou que l’on travaille trop, c’est la démocratie qui entre en crise, c’est tout le pacte social ». La JOC et l’ACO se donnent donc les moyens d’agir, avec d’autres, au sein de la société et de l’Église, pour que chacun soit pris en compte et que soit respectée la dignité inhérente à l’être humain. En portant les mêmes ambitions et espoirs : un avenir meilleur pour tous, la JOC et l’ACO s’engagent pour plus de justice sociale. Ainsi, la lutte pour un travail décent s’inscrit quotidiennement dans les actions de l’ACO et de la JOC. Le 7 octobre est donc l’occasion de lancer la plateforme dédiée notamment à la pétition de la JOC pour que la dignité au travail devienne un droit reconnu et effectif. Cette journée permet aussi de mettre en avant les revendications de l’ACO et du Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens (MMTC).

 

Les revendications de la JOC

Depuis septembre 2016 et jusqu’à juin 2018, la JOC propose une Campagne Nationale d’Action portant sur les questions d’emploi et de dignité. La JOC a donné la parole aux jeunes du milieu ouvrier : d’abord avec une enquête (plus de 3 600 enquêtes remplies par des jeunes), puis lors du Rassemblement national du 15 avril 2017. Des milliers de jeunes ont passé cette journée à Paris pour échanger, débattre et voter des revendications afin de construire ensemble le Cahier de Doléances que la JOC porte aujourd’hui localement, nationalement et aussi au niveau de l’Union européenne. Cette année, la JOC mène l’action avec la diffusion massive de sa pétition « Emploi digne, un droit pour toutes et tous », mais aussi avec des actions qui seront vécues localement. La pétition
a pour but de faire reconnaître l’accès à un emploi digne comme un droit, mais aussi le terme « privés/ privées d’emploi ». En effet, la JOC estime qu’être demandeur/ demandeuse d’emploi n’est pas un choix mais une privation d’un droit fondamental.
Par cette action, la JOC veut se battre pour une véritable transformation sociétale. Elle souhaite agir pour un changement

qui conduise à une société nouvelle et juste, où l’exploitation, l’isolement, la précarité et la discrimination n’existeront plus ; une société où la production et la consommation seront organisées pour servir l’Humanité et pourvoir aux besoins de chaque individu.*

 

Les revendications de l’ACO

S’appuyant sur ce que disent les travailleurs, leurs organisations, l’ACO porte aujourd’hui un regard inquiet sur l’évolution du monde du travail tant au niveau national que mondial. Rédigées à la suite des rencontres du Mouvement des Travailleurs Chrétiens d’Europe (MTCE) et du MMTC de juillet dernier, ces revendications, soutenues par l’ACO, se veulent un appel
à la mobilisation de tous pour un emploi digne.

  • Pour garantir un travail digne pour tous, nous réaffirmons la nécessité d’un salaire suffisant pour assurer une vie digne aux travailleurs et à leurs familles. Il est aussi essentiel de mettre en place un salaire égal entre les hommes et les femmes.
    • Le temps de travail doit permettre aux travailleuses et aux travailleurs d’avoir une vie familiale et culturelle harmonieuse ainsi qu’une réelle participation à la vie sociale.
    • Un travail décent n’est possible que si la santé des travailleuses et des travailleurs est respectée sur le lieu de travail. Celui-ci doit aussi offrir des garanties pour préserver l’environnement, la planète.
    • La dignité du travailleur passe aussi par son travail qui doit être organisé de façon respectueuse pour permettre une reconnaissance, une valorisation et un développement de ses capacités et compétences.
    • Le travail décent nécessite deux autres paramètres. L’existence d’un droit du travail efficient qui puisse être utilisé tant individuellement que collectivement face aux employeurs, et le respect des organisations syndicales qui représentent et défendent les travailleurs.
    • Enfin, face aux enjeux provoqués par la mondialisation de l’économie, en particulier la mise en concurrence entre les travailleurs et les territoires, la question d’un travail digne ne peut se limiter à une revendication nationale.
    • Le travail décent suppose également le respect des normes fondamentales de l’OIT (www.ilo.org). Elles doivent continuer à être développées, en particulier celles qui concernent la liberté syndicale, d’association et la reconnaissance du droit de négociation collective. Les conventions internationales doivent aussi être renforcées.
    • Le travail décent exige des employeurs de respecter les droits sociaux dans leurs activités commerciales et dans les chaînes d’approvisionnement mondiales.

En cohérence avec ces revendications, l’ACO appelle à se mobiliser pour un emploi digne, notamment avec les organisations de travailleurs, et à soutenir la démarche de la JOC sur la plateforme.