Municipales 2020 : jeunes et engagés !

Louise Robin 28 ans est en JOC depuis 2011, aujourd’hui près Lille. Elle s’est engagée progressivement pour le climat et depuis quelques semaines, c’est un pas supplémentaire qu’elle franchit : elle se présente sur une liste dans le cadre des élections municipales 2020.

Louise a participé à plusieurs marches pour le climat l’an dernier. Depuis quelques temps elle a aussi adapté son mode de vie : « Je fais tous mes petits déplacements à vélo. Je consomme local en achetant directement aux agriculteurs et aux producteurs locaux ». Progressivement, elle s’est mise au zéro déchet* depuis 4 ans et participe dans son quartier au composteur collectif : « c’est une belle réalisation, toutes nos épluchures retournent à la terre, on récolte du compost et aussi de nouveaux amis dans le quartier ! »

Elle est bien consciente que ces gestes quotidiens ne suffisent plus et face à l’urgence climatique, elle veut aller plus loin : « On vit une période charnière, le réchauffement climatique dû à notre mode de vie se fait déjà ressentir ici et ailleurs dans le monde : les pollutions, les réfugiés climatiques, les incendies, le déclin de la biodiversité… »

Son engagement en JOC lui sert aujourd’hui : « J’y ai appris à développer des idées, à entrer dans un collectif, à agir et puis surtout l’aller-vers. C’est ce qui m’a permis aujourd’hui de franchir le cap et d’aller à la rencontre d’un collectif écologiste dans ma ville. »

Pour les prochaines élections municipales, Louise figure sur une liste écologiste de sa commune près de Lille : « Je suis entrée en contact avec ce groupe à grâce à Guillaume un copain Jociste. » Face à l’immobilisme général des politiques à tous les niveaux, la jeune militante veut agir. Louise veut valoriser les initiatives locales et les multiplier à l’échelle d’une mairie.  « Pour moi le temps de l’écologie est venu, c’est pour ça que cette élection est importante, pour limiter la casse sur notre planète il faut agir maintenant et localement. Les grands de ce monde ne font rien, à nous les petits d’être acteurs ! »

Louise à l’impression que rien ne bouge au niveau de la politique et c’est ce qui la révolte. « J’en peux plus des petites phrases, des polémiques. Je comprends que ça puisse éloigner certaines personnes des bureaux de vote… » Actrice de sa ville et de la planète : « Je rêve qu’il y ait une meilleure représentation de la population et que les jeunes du milieu ouvrier et populaire s’engagent et puissent décider la politique de leur ville, de leur région, de leur pays. »

Elle porte haut et fort ses convictions pour un monde plus juste pour l’environnement et l’Humain… « A Lille on peut s’alarmer de la qualité de l’air et les premières victimes sont les gens des quartiers populaires qui habitent à proximité des sources de pollution. Je souhaite des rues avec des arbres pour limiter la pollution et rafraîchir la ville. On a besoin d’espaces verts, ce sont des lieux apaisants, reposants… Je souhaite créer une maison du zéro déchet. Et puis, beaucoup de maisons sont des passoires thermiques, en accompagnant les habitants dans les travaux d’isolation on réduit leur facture et leur consommation d’énergie. Enfin j’aimerais permettre aux habitants d’être eux-mêmes acteurs de leur projet dans leur rue ou  leur quartier. »

Par Cécile Faburel

*Le zéro déchet consiste à éviter les objets à usage unique (sacs, gobelets, coton-tiges, etc.) ou suremballés, à amener vos propres contenants réutilisables (bocaux, boîtes, sacs à vrac) chez vos commerçants, etc. Pour en savoir plus : www.zerowastefrance.org

Loïc Vitrant, jociste à Saint-Etienne, soutient une liste et nous dit pourquoi l’engagement politique et citoyen est devenu important pour lui.

  • Peux-tu te présenter et nous dire pourquoi tu t’engages ?

Je m’appelle Loïc, j’ai 26 ans, je vis en couple à Saint-Etienne depuis 1 an et demi, je suis militant ouvrier chrétien à la Jeunesse Ouvrière Chrétienne et au CCFD Terre Solidaires, j’aime le sport, aider les personnes, le cinéma, le théâtre.

Si aujourd’hui je m’engage c’est parce que je vois qu’autour de moi cela ne va pas et je ne veux pas rester spectateur, je veux agir avec d’autres pour améliorer la vie des gens mais aussi faire prendre conscience aux personnes qui vivent ces problématiques qu’elles peuvent s’engager pour résoudre et lutter pour des nouveaux droits ou défendre des acquis sociaux.

  • Selon toi, pourquoi les élections municipales sont importantes ?

Ce qui me semble important c’est le cadre de vie des habitants et  c’est  la démocratie pour que les habitants d’un quartier puissent décider et porter des projets pour améliorer leurs quartiers. Que les élus soient au service des habitants et non pas que le maire décide de tout. C’est aussi la remunicipalisation des services publics comme l’eau, les déchets, les transports en communs car ce sont des biens communs et nous devons gérer ces services en commun. C’est aussi le rôle d’une municipalité d’aider les personnes en précarité et de donner les moyens aux structures et associations qui participent à l’aide. C’est aussi un centre-ville et des quartiers qui vivent par l’éducation populaire, avec les centres sociaux, les amicales laïques, les commerces de proximité et non pas les grandes surfaces qui détruisent les centre villes, aider les personnes dans leurs démarches administratives dû à la dématérialisation par le biais des médiateurs sociaux dans les quartiers.

  • Qu’est-ce que la JOC est venue pousser dans ton engagement ?

Le pouvoir de réfléchir et d’agir sans dogme politique. Pour vous raconter une anecdote, j’ai milité longtemps au Parti Socialiste de 2012 en 2016 : j’ai fait les différentes campagnes électorales pour des candidats. Mais, je voyais chez certains élus une fois qu’ils avaient eu leurs place, qu’ils ne se préoccupaient plus des habitants, des citoyens car ils s’enfermaient dans leurs bureaux, de réunions en réunions sans concertation avec les citoyens. Il n’y avait que le maire de Jeumont qui se préoccupait encore des citoyens mais quand il est devenu Président d’Agglomération, on ne le voyait pas souvent. En 2016, le Parti Socialiste était au gouvernement et les différentes lois surtout la Loi El Komhri qui allait précariser les travailleurs, les privés d’emplois etc. La JOC m’a fait réfléchir, car elle s’était positionnée contre cette loi. Avec mon accompagnatrice d’équipe et des copains nous avons fait une Révision de Vie sur l’engagement en politique : j’ai pu voir qu’au fond de moi-même, j’étais incohérent puisque je voulais rester parmi les frondeurs au Parti Socialiste, qui ont dénoncé timidement. Suite à cela, j’ai longtemps réfléchi : j’ai vu que l’on était pas écouté au sein du PS pour dire que l’on était contre on entendait que les apparatchiks (les élus de la majorité pour la loi et qui étaient des hommes d’appareils, ils avaient fait de la politique toutes leurs vies)  donc j’ai démissionné du PS avec des copains. Mon accompagnatrice d’équipe JOC à Jeumont  m’avait conseillé un livre Laissez-nous faire ! On a déjà commencé d’Alexandre Jardin avec le mouvement Bleu Blanc Zèbre. Mon accompagnatrice a vu que l’engagement politique me tenait à cœur et que cela me déprimait de ne plus réfléchir et agir politiquement. Ce livre m’a beaucoup inspiré pour réfléchir et agir concrètement avec la société civile, les habitants et les citoyens  sans forcément de partis politiques et contre la tentation des extrêmes.

  • Qu’est-ce que tu as envie de dire aux jocistes ?

J’ai envie de dire aux jocistes qu’ils peuvent s’engager avec des citoyens engagés ou non dans des partis politiques, associations, syndicats, collectifs avec leurs copains copines pour améliorer le cadre de vie et contribuer à une réelle démocratie avec et pour les habitants dans son quartier, dans sa ville, n’ayez pas peur. Osez.

Lire aussi la parole du mouvement : Les 15 et 22 mars, chaque jeune doit utiliser sa voix !