Synode : quelle place pour les jeunes dans l’Eglise ?

Avec le prochain Synode sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel », les évêques se donnent rendez-vous du 3 au 28 octobre prochain afin de prendre en compte les attentes des jeunes dans l’Eglise. Comment se prépare un tel événement ?

« À Cracovie, lors de l’ouverture de la dernière Journée Mondiale de la Jeunesse, à plusieurs reprises je vous ai demandé: « peut-on changer les choses? ». Et vous avez crié ensemble un retentissant « oui! ». Ce cri nait de votre cœur juvénile qui ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du déchet, ni céder à la globalisation de l’indifférence. […] Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. […] L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi; voire de vos doutes et de vos critiques.» Le 6 octobre 2016, c’est ainsi que le Pape s’est adressé aux jeunes, dans une lettre, pour lancer la démarche du synode des Evêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Le synode (ou le concile) désigne dans l’Église une assemblée réunie pour délibérer et prendre des décisions en matière de doctrine ou de discipline.

Tout cela sans prendre en compte l’avis des jeunes ? Non ! Plus de 100 000 jeunes ont répondu à un questionnaire en ligne pour dire leurs attentes quant à l’Eglise et leur foi. Dans de nombreux diocèses, des groupes de jeunes ont été lancés pour qu’elles et ils réfléchissent ensemble aux questions du synode. Comme à Amiens, où Svetlana, jociste, est responsable d’un groupe. Cet été, un week-end a été organisé par le Service National d’Evangélisation des Jeunes et pour les Vocations pour préparer le synode avec les évêques pères synodaux. Le Service a fait appel à la JOC, pour que les jeunes du milieu ouvrier, notamment les moins diplômés puissent être entendus. C’est ainsi que Benoît, responsable fédéral de la JOC de Poitiers, a participé à ce week-end.

Il nous raconte : « on a traité de plusieurs sujets : refaire vivre le dimanche pour que ce soit un jour sacré, de la sexualité qui nous touchait partout dans la société aujourd’hui. On m’a demandé ce que l’Eglise peut faire, notamment pour la JOC. J’ai dit que pour moi, il faut une Eglise plus fraternelle. Aux célébrations de la JOC, avant que le prêtre fasse son homélie on partage ensemble. C’est mieux, car on peut apprendre à se connaître. Le seul moment où on va vers l’autre à la messe, c’est pour la paix du Christ. Dans certaines paroisses, tout le monde part à la fin de la messe, on ne se connait pas, on ne peut pas dire que ce soit vraiment fraternel ». Benoît a eu l’occasion de redire qu’en tant que jeune, il ne se sent pas toujours écouté, car les mouvements ne sont pas toujours pris en compte dans les diocèses et en même temps, il est nécessaire que les jeunes vivent une dynamique diocésaine.

Suite à toutes ces initiatives pour donner la parole aux jeunes, les évêques synodaux se donnent rendez-vous du 3 au 28 octobre 2018 pour faire des choix pour prendre en compte les attentes des jeunes.

Pour aller plus loin

Suite au questionnaire, à la réunion pré-synodale de mars dernier, un document de travail a été publié « Instrumentum Laboris », qui fait une synthèse de toute la matière reçue. Il en ressort que les jeunes désirent une « Eglise authentique », caractérisée par son « exemplarité, co-responsabilité et solidité culturelle ». Les jeunes souhaitent une Eglise qui partage « leur situation de vie à la lumière de l’Evangile plutôt que de faire des prédications, une Eglise moins institutionnelle et plus relationnelle, capable d’accueillir sans juger préalablement, amie et proche, accueillante et miséricordieuse ». Les jeunes demandent également qu’il y ait une tolérance zéro contre les abus de l’Eglise, que ce soit au niveau des scandales sexuels ou économiques et qu’elle soit sensible aux jeunes.
Dernièrement, le Pape a adressé une lettre au peuple de Dieu pour que tout le monde lutte contre le cléricalisme et contre les abus sexuels dans l’Eglise.  Si tu souhaites avoir plus d’informations sur le synode des jeunes, n’hésite pas à consulter le site des acteurs de la pastorale des jeunes et des vocations !

Article paru dans la revue Assez Zoné du mois de septembre