[Enquête] Une jeunesse en quête de stabilité et d’épanouissement !

La Jeunesse ouvrière chrétienne publie les résultats de son enquête sur la liberté de choix et la réussite chez les jeunes de 13 à 30 ans dans le cadre de sa Campagne nationale d’action Traçons nos vies. Une enquête où 2700 jeunes ont été interrogés par d’autres jeunes, partout en France. Les premiers chiffres nous révèlent une jeunesse en quête d’épanouissement mais aussi inquiète pour son avenir…

Télécharger les résultats

  • 32% des jeunes interrogés indiquent qu’ils ne parviennent qu’un peu à se projeter dans leur vie dans 5 ans et 26% répondent qu’ils n’y parviennent pas du tout. Le constat s’aggrave pour les privés d’emploi, ils sont 70 % à ne pas se projeter confortablement dans leur vie future.
  • Elles et ils sont plus de 42% à répondre avoir besoin d’épanouissement et d’autonomie pour être fier de leur vie.
  • 33% des jeunes estiment qu’il est nécessaire d’avoir une vie stable pour réussir sa vie.
  • 49% des jeunes interrogés considèrent que la peur de l’échec les empêche d’être libres.

Pour la JOC, les jeunes ne devraient pas rencontrer une si grande défiance face à leur avenir, ni faire preuve d’autocensure dans leurs choix de vie. Ces dernières années, nous assistons à des choix politiques toujours plus au service de l’économie plutôt que de l’humanité. Parcoursup, baisse des APL, Assurance chômage, réforme des retraites… Difficile dans ces conditions de nourrir des perspectives réjouissantes pour les jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires lorsque tout est fait pour les fragiliser et les insécuriser.

Dans une société qui prône une vision méritocratique de la réussite, où l’expression « quand on veut, on peut » sonne comme une rengaine culpabilisante, la JOC veut rappeler une nouvelle fois que cette conception de la réussite est un mythe ! Pour les jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires, choisir sa voie professionnelle, entrer sur le marché de l’emploi et accéder à l’autonomie sont un véritable parcours du combattant. Elles et ils rencontrent des freins à tous les étages : moyens financiers limités, manque de réseau dans la recherche d’un emploi, manque de garanties suffisantes pour accéder à un logement digne, …

La précarité et les incertitudes autour de l’emploi empêchent les jeunes de pouvoir construire leur vie, de faire des choix. Cette situation rend centrale la question de l’emploi des jeunes : avoir une vie professionnelle stable fait partie des priorités pour les jeunes interrogés par la JOC dans cette enquête.

La JOC revendique un changement des politiques menées envers la jeunesse en France. En matière d’emploi, s’il faut non seulement en créer davantage, il est nécessaire de mettre en place un meilleur système d’accompagnement des jeunes privés d’emploi. Des structures comme Pôle Emploi ou la Mission Locale doivent disposer de moyens supplémentaires pour mener à bien leur mission première : l’accompagnement vers l’emploi et la formation.

La JOC demande plus de liberté pour permettre aux jeunes de se chercher et de construire leur vie. Elle revendique ainsi le droit à l’erreur dans leur parcours professionnel : quels que soient les résultats, ces expériences font partie de l’apprentissage. Les liens entre les organismes d’orientation et d’insertion professionnelle ainsi que les établissements de formation doivent être ainsi renforcés.

Par son action, la JOC souhaite transformer la société pour que chaque jeune du milieu ouvrier et des quartiers populaires puisse rêver et se sentir libre de ses choix. Que leurs rêves deviennent des moteurs pour construire leur vie. Il est indispensable de leur proposer un avenir qui leur assure un accès digne à la formation, à l’emploi, à l’autonomie.