Conseil National de la JOC : 5 ans pour changer la vie des jeunes !

Du 4 au 6 avril, la JOC va vivre son 11e Conseil National !

Qu’est-ce qu’un Conseil National ? C’est un lieu où se réunissent tous les fédéraux de France pour débattre pendant quelques jours et voter les orientations qui guideront l’action de la JOC pendant 5 ans. Ces orientations doivent être profondément ancrées dans le projet de la JOC et dans les besoins et aspirations des jeunes du milieu ouvrier. Elles doivent répondre aux ambitions que la JOC porte pour les jeunes, comme pour elle-même. Elles doivent être fortes pour donner à la JOC un élan plus général qu’une campagne d’action.

Réfléchir et écrire des orientations, c’est l’occasion de valoriser le projet de la JOC et de réactualiser notre manière de vivre les intuitions du mouvement. Au Conseil d’administration national des 6 et 7 décembre 2014, les administrateurs nationaux ont choisi les quatre orientations qui seront présentées au Conseil National.

Les quatre orientations retenues, pour le moment

La JOC Mouvement d’éducation populaire au service de la construction de nos projets de vie.
Avec cette orientation, la JOC souhaite permettre aux jocistes qui quittent le mouvement d’avoir atteint l’enracinement du processus éducatif en ayant pu faire des choix les projetant dans la construction de leurs projets de vie de militant-e ouvrier-e chrétien-ne. Ces choix peuvent se traduire par un engagement syndical, politique, associatif, un engagement dans une vie affective ou dans une vie consacrée.
Le processus éducatif t’aide à voir les différentes étapes possibles de ton parcours en JOC, selon les quatre dimensions essentielles du mouvement personnelle, collective, ouvrière et chrétienne). L’outil JOC Ecole de Vie définit l’enracinement comme le fait suivant : »avoir un projet en construction tout au long de la vie qui appelle à un style de vie. Être fier de mes choix, vivre mon projet de vie à la lumière de mes convictions pour devenir un Homme Nouveau. Me propulser vers une vie d’adulte libre et épanouie, une vie engagée dans la société et dans l’église pour la construction d’un monde nouveau. »

La JOC porte-voix du cri des privés d’emploi.
Cette orientation doit permettre aux jeunes privés d’emploi de se retrouver en JOC pour dénoncer leurs conditions et faire valoir leur dignité de telle sorte qu’on ne puisse plus les ignorer. Ces jeunes doivent pouvoir prendre conscience que l’emploi est un droit, de même qu’être représentés dans l’espace public.
Le Pape François constatait à Rome en septembre 2013 que c’est la « souffrance, le manque de travail, qui te conduit à te sentir sans dignité. […] Et c’est le résultat du choix mondial, d’un système économique qui conduit à cette tragédie : un système économique qui a au centre une idole qui s’appelle l’argent. Et Dieu a voulu qu’au centre du monde, il n’y ait pas une idole mais l’Homme, l’homme et la femme, qui fassent avancer le monde par leur travail. […] Et tombent les jeunes qui ne trouvent pas de travail, leur dignité. Mais pensez-y : dans un monde dans
lequel les jeunes, des générations de jeunes, ne trouvent pas de travail, n’a pas d’avenir. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas de dignité. »

Agir pour l’évolution des conditions de vie, d’étude et de travail des apprentis
Par cette orientation, la JOC doit rejoindre massivement les apprentis afin de leur permettre de porter leurs revendications et d’agir pour l’évolution de leurs conditions de vie, d’étude et de travail. Les apprentis doivent pouvoir vivre le projet du mouvement et agir collectivement. La JOC doit avoir une meilleure relecture de leurs réalités de vie afin de se faire reconnaître 1re association d’apprentis en France.
Nous sommes conscients que le nouvel élan du gouvernement pour l’apprentissage s’explique par sa volonté de développer l’économie, parfois au détriment des conditions de vie et de travail des apprentis. Reconnaissance, salaire et condition de travail et d’études, logement, offre d’apprentissage sont autant de sujets qui demandent de vrais changements pour que l’apprentissage et les apprentis soient enfin reconnus à leur juste valeur. Lisa, 18 ans explique : « jusqu’à présent, on a l’impression d’être une souscatégorie de jeunes qui a choisi une voie de garage faute de mieux. Mais l’apprentissage pour moi c’est ce qu’il y a de mieux et de plus concret !« 

Agir pour une solidarité entre tous les travailleurs par une JOC internationale.
Les jocistes doivent prendre conscience de leur appartenance à un mouvement ouvrier international et agir en union avec les travailleurs du monde pour transformer la société et son système économique à l’échelle internationale.Avec cette orientation, ils doivent pouvoir comprendre le monde qui les entoure, avec ses rapports de domination mondiaux. Ils doivent imaginer une nouvelle organisation de la société dans le respect de toutes les femmes et tous les hommes et entreprendre des actions de transformation de la société.
A la JOC, nous voulons transformer la société afin qu’elle offre une vie digne à chaque femme et chaque homme, mais pour cela, nous devons prendre en compte les réalités de vie et de travail des travailleurs du monde entier. Comme l’explique Guy Aurenche, Président du CCFD-Terre Solidaire (le Comité Contre la Faim et pour le Développement, dont la JOC fait partie), nous devons faire face à ce système économique et en inventer un nouveau, plus juste comme un seul peuple : « ce que nous ne pouvons pas faire seuls devient possible ensemble… avec celui qui subit l’injustice. La solidarité individuelle doit prendre une dimension sociale inspirée par le souci de justice. Ce n’est pas une seule personne qui a faim ou froid, mais un groupe, un peuple. C’est bien ‘en peuple qu’il nous faut réagir. »