Perm’ de La Baule, une expérience collective qui fait grandir !

Elles et ils ont vécu une semaine à la Perm’saison de La Baule-Pornichet (44). Parmi ces jeunes, des migrants qui découvraient le projet de la JOC. Pour tous et toutes, leurs témoignages reflètent une expérience collective qui fait grandir et de beaux souvenirs à emporter avec soi !

Jo. « Les gens qui sont venus me présenter l’association au squat je leur dis merci. La JOC c’est la première organisation où je vais. Rien ne m’a jamais plus autant, c’est le père Philippe qui m’a convaincu, il fallait que j’essaye ce qu’il me proposait. Je suis quelqu’un de différent aujourd’hui. Pour moi c’est très important d’aider les saisonniers, j’ai trouvé ça bien. J’ai dû écouter comment ils travaillent, ce qu’ils ont traversé. J’ai découvert par la Perm’Saison qu’il y a de la solidarité quand on vit ensemble. Je me suis forcé pendant les deux premiers jours, et Cl. m’a dit : « laisse-toi aller et vois si ça te plaît ». Je me suis fait deux amis avec les saisonniers, je les connaissais pas, l’un deux était camerounais ça m’a plu. La Perm’Saison m’a permis de bouger, de quitter Nantes, de vivre des vacances. C’est mes premières vacances en France, c’était super. »

C. « J’ai choisi le mot « surprise » durant les allers vers je me suis surprise à me lancer vers des gens que je ne connaissais pas, à ma dernière Perm’ il y a 2 ans je n’ai pas réussi… Je ne savais pas trop comment faire hier pour le premier contact à la soirée crêpes avec les saisonniers, et finalement c’était trop bien, j’ai kiffé ! Ces temps ça m’a fait grandir. »

M. « Cette semaine s’est bien passée, ça m’a fait du bien de rester une semaine, vivre dans un collectif, vivre avec des gens, on fait les choses ensemble, ça me donne du courage. »

S. « J’ai découvert la Joie, le fonctionnement de la JOC, l’amusement entre amis, pas de stress, chacun fait des choses, franchement c’était bien ! Cette semaine m’a fait grandir, j’avais déjà été dans d’autres associations mais il y avait pas le même objectif. On a dû prendre confiance en soi pour atteindre l’objectif : rencontrer des saisonniers. »

Cl. « Le plus difficile c’est d’aller vers les saisonniers, j’ai peur de les déranger. Je suis timide, c’est pas toujours évident d’aller vers les autres. Du coup j’ai quand même pu évoluer grâce à l’entraide, il y en a toujours un qui est là pour te pousser. J’ai vraiment essayé de m’intéresser plus aux autres, de prendre le temps de vraiment vous connaître. Je vais raconter l’ambiance et les rencontres de la soirée crêpes qui était ouf. Les portraits de jeunes, les témoignages de jeunes, les supers affichages… Maintenant je veux vraiment aller vers les autres et m’intéresser plus à eux apprendre à les connaître. »

J. « J’ai grandi grâce à nos rencontres et nos discussions, vivre avec des gens apprendre à les connaître. Je vais raconter toutes mes rencontres, on s’est vraiment amusé. »

Pour aller plus loin : « Droit du travail : la JOC auprès des oubliés de l’été »