Parole du mouvement – Rapport de la CIASE : réagir en jeune chrétien

Il y a un mois, le rapport de la Commission indépendance sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE) a été diffusé dans les médias. Ce rapport, demandé par les évêques de France, a été rédigé par une commission présidée par Jean-Marc Sauvé. La diffusion de ce rapport a fait beaucoup de bruit et il nous a remis, nous jeunes chrétiens engagés en JOC, face à nos convictions. Nous ne pouvons pas rester sans réagir. 

 

Nous sommes en colère.

En lisant le nombre de victimes, les gros titres des journaux mais aussi les nombreux témoignages, c’est le premier sentiment qui nous vient. Nous sommes en colère car nous parlons de la vie d’enfants et de personnes démunis. En tant que jeunes chrétiens, nous avons eu honte de cette Eglise qui n’a pas voulu voir, n’a pas su écouter les victimes pendant de nombreuses années.

Nous sommes aussi en colère car ces crimes ont été commis par des personnes consacrées à Dieu. Ces personnes ont trahi la confiance que l’on avait mise en eux. En trahissant cette confiance ils ont crucifié le Christ à nouveau. On peut se demander “où était Dieu dans ces moments-là ? “

Dieu est toujours du côté des plus petits, des exploités, des pauvres. On peut donc affirmer que Dieu est dans ces enfants, ces jeunes, ces adultes, qui sont condamnés à vivre avec cette souffrance.

 

Nous continuons de croire.

Nous savons que l’annonce de la Bonne Nouvelle doit être accessible à un maximum de jeunes pour les aider à se construire. Mais s’assumer jeunes chrétiens lorsque nous sommes bousculés par ces nouvelles, notamment parce que notre Eglise est accusée d’avoir gardé le secret, n’est pas simple ! Pourtant, nous continuons à croire ! Nous continuons à croire en Dieu qui ne supporte pas de tels actes ! Nous continuons de croire en Dieu qui restera toujours du côté des plus petits. Nous continuons de croire en Dieu qui nous aidera à faire face et nous soutiendra tout au long de notre vie. Dieu qui nous demande toujours d’agir pour le bien de chaque femme et chaque homme en respectant leur dignité.

 

Nous continuons d’agir pour nos copains.

En tant que jeunes chrétiens, nous continuons d’agir auprès de nos copains. La diffusion de ce rapport a permis d’ouvrir la parole. Nous avons ce devoir d’être à l’écoute des victimes, de les croire et de ne pas fermer les yeux. Dans nos équipes de révision de vie, nous avons l’habitude d’être à l’écoute de nos copains, continuons à avoir ce sens de l’écoute envers toutes les personnes qui nous entourent.

 

Nous continuons d’agir pour notre Eglise.

L’Eglise a besoin de la jeunesse. A la JOC, beaucoup de jeunes se construisent et découvrent leur foi. Nous apprenons aussi à être acteur de notre vie, de la société et de l’Eglise. Continuons à participer à la vie de notre paroisse. Refusons le cléricalisme*, prenons notre place dans l’Eglise car nous en avons une ! Cheminons ensemble prêtres, laïcs, religieux, religieuses pour construire notre Eglise. Continuons à nous affirmer jeunes catholiques auprès d’autres. Notre foi est importante pour nous, vivons-la en étant acteur ! Continuons d’être acteur de notre Eglise et de montrer à tous les jeunes que nous rencontrons qu’ils ont de la valeur parce qu’“Un jeune (travailleur) vaut plus que tout l’or du monde car il est fils de Dieu”.

*Le cléricalisme c’est la tendance à faire prédominer son influence sur les autres. Mais pour rappel les prêtres sont là pour dire aux gens que Dieu les aime, pas pour être sur un piédestal. Leur mission est d’être au service d’autres.

 

Parole du mouvement – Rapport de la CIASE : réagir en jeune chrétien

 

Le Bureau National,

Chloé CORVEE, Manon SCHRICKE et Emmanuel BOUMARD