Message des Mouvements Européens de la CIJOC pour le 1er mai 2014

Message des Mouvements Européens de la CIJOC pour le 1er mai 2014

Cette année de nouveau, nous nous mobilisions pour célébrer la fête du 1er mai. Nous gardons bien en mémoire la lutte des ouvriers de Chicago, qui en 1886 se sont mobilisés pour la journée de travail de huit heures, ainsi est née cette fête du 1er mai. Cette année encore, nous sortons dans la rue pour défendre nos droits, nous sortons dans la rue pour dire qu’un autre monde est possible. En ce 1er mai 2014, les mouvements JOC d’Europe ont décidé de dénoncer des situations qui ne permettent pas la dignité des jeunes.

Nous dénonçons la situation du chômage des jeunes en Espagne. La dernière enquête sur la population active en Espagne révèle que 55,1% des jeunes âgés de moins de 25 ans sont au chômage. Ce ne sont pas seulement des statistiques, la véritable tragédie, c’est la vie derrière ces chiffres : des milliers et des milliers de jeunes qui ne peuvent pas atteindre leurs projets personnels. En plus de ces données sur le chômage, il faut ajouter le travail temporaire, les taxes de plus en plus fortes de l’école, la diminution du nombre de bourses et de subventions, le nombre de jeunes gens qui vont à l’étranger pour trouver un emploi, et la scandaleuse réalité de ceux qui viennent en Espagne pour trouver un emploi et trouvent nos portes fermées.

Nous dénonçons les conditions de vie des jeunes au Portugal. En effet, le taux des moins de 25 ans au chômage est de 36,3% et bon nombre de jeunes qui vivent de petits boulots. Certains, en situation de chômage, sont obligés de faire des formations qui ne sont pas appropriées et qui permettent uniquement de baisser les chiffres du chômage. De plus, nous dénonçons les conditions précaires des salariés, celles-ci ont pour conséquences l’immigration des jeunes.

Nous dénonçons le travail au noir et les multitudes de types de contrats de travail en Italie. En Effet, 3 millions de travailleurs italiens n’ont pas de contrat de travail, ils sont non seulement pas protégés, mais aussi dans l’illégalité. Il s’agirait de simplifier la multitude de types de contrats (46 au total) et d’informer les jeunes sur les conséquences de l’économie souterraine et du travail au noir.

Nous tenons à réaffirmer que tous les emplois, peu importe leur statut et niveau de rémunération, ont une valeur égale et qu’ils doivent permettre à chaque personne de vivre dans la dignité. Nous pensons que l’Homme doit être au centre, pas le travail. Les mouvements JOC d’Europe soutiennent la JOC d’Angleterre et du Pays de Galles dans cette affirmation.

En Hongrie, les jeunes ont du mal à trouver un travail qui correspond à leurs qualifications et qui leur permet de se projeter dans le futur. Beaucoup de jeunes perdent espoir et trouvent que la seule solution est l’émigration. La JOC de Hongrie veut montrer aux jeunes hongrois qu’aller à l’étranger n’est pas la seule réponse à cette situation.

Nous dénonçons la problématique du lien entre les études et l’emploi à Malte. En effet, les jeunes, et notamment les filles, ne trouvent pas d’emploi en lien avec leurs compétences et qualifications après avoir fait des années d’études. Ils se retrouvent donc au chômage ou dans des emplois sous qualifiés. Leur seule alternative est l’immigration.

La JOC de France dénonce un recours systématique aux emplois précaires et aux contrats courts lorsqu’il s’agit de salarier un jeune. Aujourd’hui, 52% des jeunes sont au chômage dans les zones urbaines sensibles. Nous déplorons cette situation qui ne nous permet pas d’avoir un projet de vie ni de nous construire un avenir stable.

Ce que nous voulons pour l’Europe :

Nous, mouvements JOC des pays européens, nous dénonçons une situation de souffrance des jeunes à cause du système qui préfère faire des bénéfices plutôt que de permettre de donner une chance aux jeunes de se projeter dans leur avenir.Comme le dit notre Pape François ‘’La dignité de chaque personne humaine et le bien commun sont des questions qui devraient structurer toute la politique économique, or parfois elles semblent être des appendices ajoutés de l’extérieur pour compléter un discours politique sans perspectives ni programmes d’un vrai développement intégral.’’203

Nous, mouvements JOC des pays européens, nous voulons construire une Europe pour les hommes, les femmes, les jeunes, les moins jeunes et non pas pour l’argent. Le Pape François nous le rappelle souvent : il faut placer l’Homme au centre et considérer l’Homme comme une richesse, non pas comme un bénéfice. Dans son exhortation, il explique : ‘’De même que le commandement de “ne pas tuer” pose une limite claire pour assurer la valeur de la vie humaine, aujourd’hui, nous devons dire “non à une économie de l’exclusion et de la disparité sociale. Une telle économie tue.’’ 53 Nous voulons réaffirmer que la jeunesse est une richesse pour l’Europe et pas un risque.

Nous, mouvements JOC des pays européens, nous voulons construire une Europe avec plus d’égalité, dans laquelle les travailleurs ne sont pas considérés comme des consommateurs.

Nous voulons que l’Europe soit une communauté. En ce sens, nous voulons développer la coopération entre les pays, non pas la compétition.

Nous voulons une Europe avec des travailleurs qui, malgré différents types d’emplois, soient considérés à valeur égale et respectés dans leur dignité.Nous ne voulons pas que la création de son propre emploi soit la seule alternative.

Nous voulons une Europe viable dans laquelle nous pouvons travailler. Nous tenons à construire une union de personnes tout en prenant en compte leurs différences culturelles. Nous affirmons que partager nos cultures constitue une richesse et pas une menace.

Nous voulons une Europe qui permette une égalité d’opportunités pour les jeunes.

Aujourd’hui, nous subissons une mise en concurrence des jeunes entre eux, alors que nous voulons une coopération entre les pays européens. Nous voulons construire une Europe ensemble. Face à cette situation, nous regrettons que la seule réponse de l’Union Européenne soit le développement aux contrats aidés.

Nous souhaitons en Europe une jeunesse plus solidaire qui ait une réelle place dans les décisions prises. Nous voulons que notre parole soit entendue et prise en compte. Nous souhaitons que chaque jeune en Europe vive dignement. Nous voulons donner à chacun les moyens d’être acteur de la construction européenne et universelle. Il est important que nous permettions aux jeunes de milieu ouvrier de mieux connaître l’Europe et les moyens d’y agir.

Nous voulons construire une solidarité universelle.

Nous souhaitons que ceux qui exercent des responsabilités politiques nationales et européennes agissent en ce sens pour la jeunesse. Comme nous le dit le Pape François dans son exhortation ‘’Je prie le Seigneur qu’il nous offre davantage d’hommes politiques qui aient vraiment à cœur la société, le peuple, la vie des pauvres ! Il est indispensable que les gouvernants et le pouvoir financier lèvent les yeux et élargissent leurs perspectives, qu’ils fassent en sorte que tous les citoyens aient un travail digne,une instruction et une assistance sanitaire.’’ 205

Les mouvements JOC des pays européens se mettront en route au service de cela. Ceci constituera notre grille de relecture pour aller voter le 25 mai 2014.

JOC Portugal

JOC Angleterre

JOC Italie

JOC Hongrie

JOC Espagne