« Le travail veut dire aimer »

François est un Pape inscrit dans son temps. Il porte les angoisses et les espoirs des Hommes. Il nous parle de notre monde et il nous donne à réfléchir sur son état. Le 22 septembre dernier à Cagliari (Sardaigne), Il nous interpellait directement :
« (…) je dois vous dire : courage ! Mais je suis aussi conscient que je dois faire tout mon possible pour que cette parole « courage ! » ne soit pas une belle parole de passage. Ne soit pas seulement un sourire d’employé cordial. Un employé de l’Eglise qui vient et qui vous dit « courage ! » Non, cela je n’en veux pas. Je voudrais que ce courage vienne de l’intérieur et me pousse à tout faire, en tant que pasteur, en tant qu’homme.
Nous devons affronter avec solidarité (…) et intelligence ce défi historique. (…) Ici, je trouve aussi de la souffrance ; une souffrance dont l’un de vous a dit qu’elle t’affaiblit et finit par te voler l’espérance. Une souffrance, le manque de travail, qui te conduit – excusez-moi si je suis un peu fort, mais je dis la vérité -, qui te conduit à te sentir sans dignité. Et là où il n’y a pas de travail, manque la dignité. (…) ce n’est pas un problème de l’Italie ou de certains pays d’Europe, c’est le résultat du choix mondial, d’un système économique qui conduit à cette tragédie : un système économique qui a au centre une idole qui s’appelle l’argent. Et Dieu a voulu qu’au centre du monde il n’y ait pas une idole, mais l’homme, l’homme et la femme, qui fassent avancer le monde par leur travail. (…) Pour défendre cette idole, tous se rassemblent au centre et les extrémités tombent: (…) Et tombent les jeunes qui ne trouvent pas de travail, leur dignité. Mais pensez-y : dans un monde dans lequel les jeunes, des générations de jeunes, ne trouvent pas de travail, n’a pas d’avenir. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas de dignité. (…) Voilà la prière que vous avez criée : travail ! Travail ! Travail ! C’est une prière ! Une prière nécessaire. Le travail veut dire dignité, veut dire rapporter du pain à la maison, le travail veut dire aimer. Et pour défendre ce système économique idolâtre, on instaure la culture du rebut, on rejette les jeunes et on rejette les anciens. Et nous devons dire non à cette culture du rebut, nous devons dire que nous voulons un système juste qui nous fasse aller de l’avant. Nous devons dire que nous ne voulons pas de ce système économique globalisé qui nous fait tant de mal. Au centre il doit y avoir l’homme et la femme, comme Dieu le veut, et non pas l’argent. ».
Et nous comment, mettons-nous l’Homme et la Femme au centre de nos vies ? L’argent est-il au centre ? Alors … quelles place donnons-nous à Dieu ? Et toi ton travail te rend-t-il digne ?
Cet extrait de texte, qui mérite qu’on le médite, nous redonne la juste valeur des choses. Il s’agit également de prendre le temps de rêver du monde dans lequel on voudrait vivre et de voir dans quoi s’engager pour faire bouger les choses et permettre une autre Histoire.

Laisser un commentaire