Formation créative dans le Nord-pas-de-Calais

La JOC a proposé un week-end de formation dans le Nord-pas-de-Calais. Des bénévoles étaient présents pour accueillir les participants. Au total, quatre fédérations ont participé. Les jeunes se sont lâchés et la formation a été très créative.

Pendant le WFR, Géraldine, une jeune jociste, a proposé un super slam, en voici quelques extraits :

« On est tous de la même franchise
Pas de taf, ça traine les rues
Les jeunes sont tous égaux
Certains continuent leurs études
Pour y réchapper
Mais c’est pas de notre faute à nous
S’il y a autant de chômage
Et que toutes les entreprises ferment une à une
Mais ma dignité reprend un peu à peu les devants
Touche pas à mon jeune travailleur
Car il vaut plus que tout l’or du monde »

 

Pour continuer dans la créativité, pendant la célébration, Julie a réécrit l’Évangile avec en le transposant avec les réalités d’aujourd’hui. On part de ça :

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 18,9-14. 
En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici :
« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).
Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain.
Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’
Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’
Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

Et ça donne ça :

« Deux hommes allèrent à l’Église pour prier. L’un était patron, l’autre chômeur.
Le patron se tenait debout et priait en lui-même : « Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes  – ils sont feignants, assistés, profiteurs -, ou encore comme ce chômeur. Je prie tous les soirs, je paie des impôts et je vais voter ».
Ce chômeur, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel, mais il se frappait la poitrine, en disant : « Mon Dieu, pardonne moi, il m’arrive d’être fragile quand je rate des entretiens, d’être épuisé quand je n’ai pas de réponse, aidez moi à garder la Foi, l’espoir ».
Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé ».

A très vite pour d’autres récits de WFR !

One thought on “Formation créative dans le Nord-pas-de-Calais

Comments are closed.