Début du conseil international de la CIJOC

Bonjour de Séoul !

Voici le récit de deux jocistes à l’autre bout du monde.
Qui sont ils ? Que font ils là ?

> François est le président de la région Nord Pas de Calais.
Il a 21 ans et est étudiant en DEUST pour être guide nature multilingue.

> Amélie a 24 ans, elle est secrétaire générale nationale


 

Le 9ème Conseil International, se déroule du 19 août au 1er septembre 2016,
à Séoul en Corée du Sud.
Il réunit tous les 4 ans, les pays membres de la CIJOC.
> La CIJOC est un groupement auquel ont adhéré 40 pays dans laquelle la JOC est présente.

Le conseil international est l’équivalent d’une assemblée générale qui dure deux semaines mais au niveau mondial. Cette année, nous sommes 30 pays présents.
La première semaine sera consacrée à la découverte des différentes JOC du monde et à l’impact du travail dans la vie des jeunes.
La deuxième semaine, plus statutaire, permettra de découvrir les rapports d’activités et financiers des 4 dernières années, d’élire les futurs membres du secrétariat international, de définir des orientations par continent et enfin de décider si de nouveaux pays viendront rejoindre la CIJOC.

Pour vous faire découvrir la vie des jeunes travailleurs à travers le monde, nous allons vous partager la réalité d’un pays membre de la CIJOC chaque jour.

Commençons par le pays qui nous accueille :
la Corée du Sud

coree du sud

La JOC de la Corée du Sud est en train de renaître. Elle rassemble des jeunes âgés de 25 à 33 ans. Elle est présente dans 4 régions et réunit 59 jeunes.

Les jocistes s’inscrivent dans l’église en étant en relation avec les autres mouvements de leurs diocèses. Ils participent également à des pèlerinages. Cependant ce n’est pas toujours facile de rejoindre des jeunes car les jeunes chrétiens sont peu nombreux en Corée du Sud.
La JOC est tout de même présente dans la société puisque elle participe à des rassemblements en rapport avec les Droits de l’Homme.

Les jocistes se retrouvent en équipe de révision de vie afin d’échanger sur ce qu’ils vivent. La formation est très importante pour apprendre à parler de soi en public et apprendre à rejoindre d’autres jeunes.

Pour mettre cela en application, les jocistes ont ouvert un café avec d’autres associations de jeunes catholiques. Ce lieu permet de se rencontrer entre jeunes et d’inviter les anciens jocistes à venir partager leurs expériences.Les bénéfices permettent de financer leurs futures actions ainsi que la participation de la Corée du Sud au conseil international.

A très vite !

François et Amélie,
Vos reporters, jocistes sans frontières