De l’athéisme à Jésus : une conversion grâce à la JOC

Article publié le 7 septembre 2022

Vincent est un jociste de 24 ans. Il vient de Vendée et il nous a envoyé son témoignage, sincère et touchant, décrivant sa conversion.

Voici son témoignage :

Naissance dans une famille anticléricale : je regardais la messe quand j’étais petit, mais pas d’éducation religieuse, éducation dans une famille athée, bien que mes parents m’aient toujours laissé libre à ce sujet.

Quête de vérité sur le monde qui m’entoure : j’ai toujours aimé remettre en question le monde qui m’entoure, m’interroger sur la politique, la société mais n’ai pas toujours cru en Dieu.

Je me suis donc engagé dans le communisme à 16 ans pendant quatre ans car c’était en conformité avec les valeurs de partage et d’humanisme transmises par ma famille. Cela a répondu à beaucoup de mes questions sur le plan politique, mais au bout de deux ou trois ans, ça ne m’intéressait plus car j’entendais toujours les mêmes discours basés sur Marx. Je me sentais comme dans une coquille vide, l’absolu n’y était pas, ma vocation n’était pas ici.

Durant la même période de temps, le lycée, j’ai vécu du harcèlement scolaire, une bande de garçons qui se moquaient de moi et qui m’ont manipulés pendant un an et demi. Lourdes blessures psychologiques.

Arrivé à la fac : je commence à m’intéresser à la psychologie et à la spiritualité grâce à une amie à moi. Je suis passé par le taoïsme, recherche de la sagesse. Je commençais à croire en une énergie supérieure qui nous avait créés. Quand tout à coup, un jour une mission d’évangélisation est arrivée en avril 2018 sur le campus de ma fac pour faire la pub d’une soirée organisée par la pastorale étudiante de La Roche-sur-Yon sur le thème de Jésus. La première personne que j’ai rencontrée là-bas m’a demandé : « Vincent, Jésus c’est qui pour toi ? »

J’ai réalisé après qu’à ce moment-là on avait enfoncé une porte dans mon cœur et j’ai été impressionné par les témoignages que j’ai entendus lors de cette soirée. A tel point que, dès ce soir-là, j’ai senti que j’avais trouvé ma voie.

Donc j’ai dit, OK, je souhaiterais poursuivre dans cette voie-là. Peu de temps après début mai, j’ai perdu mon grand-père, et j’ai voulu garder le lien que j’avais avec lui par le biais de la prière, et cela m’a introduit dans la prière.

Quelques mois plus tard en septembre 2018, je me suis rendu à la Fête de l’Humanité, je suis allé rencontrer les militants de la JOC sur leur stand. Je me suis rapproché d’eux et on a eu un bel échange autour des questions « Qu’est-ce l’Eglise? » et « Comment améliorer la société ? ». En rentrant chez moi, en Vendée, j’ai pris contact avec l’équipe locale, ce qui m’a permis d’entrer en catéchuménat (chemin pour le baptême des adultes).

Avec le recul, la JOC m’a donc apporté un autre visage de l’Eglise, plus ouvert, plus tolérant et davantage correspondant à mes valeurs. Elle m’a également appris à ne pas juger la situation de mes camarades. La JOC est pour moi un espace qui me permet de vivre de l’amour de Dieu, tout simplement !

La philosophie de la JOC est tout à fait complémentaire avec la connaissance de la foi que j’ai reçu dans ma paroisse traditionnelle à la Roche-sur-Yon. Le catéchuménat a duré un an, les enseignements que j’y ai suivis m’ont apporté toute l’éducation religieuse que je n’avais pas eue étant enfant et j’en rends grâce à Dieu.

Le temps passant, ma foi et mon amour pour Jésus ont grandi à tel point que j’ai rapidement exprimé le désir de me faire baptiser. Au mois d’octobre 2018, je suis allé voir le curé de notre paroisse qui m’a conseillé d’aller à l’adoration dans notre chapelle de l’adoration perpétuelle. Là, va se produire un évènement extraordinaire, à peine j’ai ouvert la porte de la chapelle, que j’ai senti Jésus me sauter dessus, j’étais comme secoué !! Ce fut un moment d’une immense joie, Jésus était extrêmement heureux de me voir !

Un moment de cœur à cœur après toute ces années que le Seigneur a passées à m’attendre. J’aurai plein de petits moments de cœur à cœur avec Jésus tout au long de mon catéchuménat. Ça se manifestera par des ressentis d’ordre physique, grandes chaleurs, etc. Avec le recul, j’analyse ces ressentis physiques comme la volonté de Jésus de me montrer sa présence dans ma vie en ce début de cheminement.

De plus, après de nombreuses hésitations, c’est également devant l’adoration que j’ai pris la décision de demander le baptême pour l’année en cours. Suite à la réponse positive de l’évêque j’ai donc été baptisé à la veillée pascale de 2019. Mes parents, ma grand-mère et mon frère sont venus à mon baptême alors que ça n’a pas été évident pour eux d’accepter un tel cheminement. Le jour de mon baptême a vraiment été une renaissance, je n’ai jamais été aussi heureux que ce jour-là. C’était un accomplissement et au moment même de mon baptême, j’ai réalisé que Jésus est ma vie, ma joie et ma raison d’être.

Le Seigneur a mis sur mon chemin un ami membre de la communauté de l’Emmanuel qui m’a permis de cheminer et de comprendre le monde catholique et de nouer un très fort lien d’amitié avec Jésus, et lui-même au passage. Le Seigneur m’a également permis de rencontrer un groupe de prière, qui m’a permis de cheminer énormément et de m’entourer de la famille catholique que je n’ai jamais eue.

Tout cela m’a permis d’avoir ce qui est le plus important dans votre vie : l’amitié profonde et fidèle avec Jésus. Toute ma vie a été un long chemin vers Dieu. Deux choses m’ont guidé tout au long de ce chemin vers le Seigneur :

– la quête de la vérité

– le désir d’aimer les autres comme soi-même.

Alors demandez au Seigneur le désir de vérité sur le monde qui vous entoure et le désir d’aimer les autres comme vous-même !! Gloire à Dieu !!

Vincent Peluso, Jociste

Fait le 9 août 2022 à Nantes